Olivier gibelin, Vice-président du Conseil d'administration, président du comité sociétariat

Chères Sociétaires, chers Sociétaires

Ne passez pas à côté de la mutation digitale.
Personne ne doit rester en dehors de la révolution digitale. J’invite les sociétaires - qui ne sont pas tous ultra-connectés ni adeptes des technologies numériques - à s’initier à ces outils. Très pratiques, pour la consultation des comptes par exemple, ils facilitent aussi la mobilité.
Je comprends que la révolution numérique fasse naître quelques craintes : ai-je les compétences, saurai-je utiliser ces outils ? Fortement impliqué dans le monde agricole, je note une certaine inquiétude face à une dématérialisation à tout crin.

Je veux rassurer tous les sociétaires : vous avez toujours des conseillers en agences, qui peuvent vous aider à appréhender ces évolutions.


La banque a une mission d’accompagnement des sociétaires et les compétences pour cela : la Responsable du service banque en ligne est, par exemple, intervenue plusieurs fois lors des Rencontres Sociétaires.
Les nouvelles technologies peuvent aussi renforcer le lien social et Internet devenir un outil supplémentaire de dialogue avec les sociétaires. Après les Rencontres Sociétaires régulièrement organisées dans les agences et la publication du Journal des Sociétaires, la banque va lancer l’édition d’un blog. C’est une autre façon de communiquer et d’échanger avec vous, car vos contributions y seront les bienvenues.
Autant de bonnes raisons pour que vous ne passiez pas à côté de la mutation digitale.

Olivier Gibelin,
Vice-président du Conseil d'Administration,
Président du comité sociétariat

Haut de page retour haut de page
Les moyens de paiement font leur révolution

Les moyens de paiement font leur révolution

Avec comme priorités la sécurité des transactions et la simplicité d’utilisation, la Banque Populaire du Sud et le groupe BPCE mettent les moyens de paiement à l’heure de la mobilité et d’Internet.

Au cœur du métier de banquier, les paiements constituent une activité stratégique pour la Banque Populaire du Sud et le groupe BPCE, tout comme l’épargne, le crédit et les assurances. Or, l’impact des nouvelles technologies - d’Internet en particulier - et la diffusion des outils de communication mobiles comme les smartphones et tablettes bouleversent l’univers des moyens de paiement.

L’innovation dans ce domaine figure donc parmi les priorités de la Banque Populaire du Sud. Cela se traduit au quotidien par de nouvelles solutions, mobiles et sécurisées, que la Banque Populaire du Sud propose à ses clients particuliers, professionnels et entreprises.

Les innovations portent notamment sur la carte bancaire, car la France se caractérise par une très forte utilisation de celle-ci par rapport aux chèques, virements bancaires, prélèvements automatiques, Titres Interbancaires de Paiement (TIP).

La moitié des 18 milliards d’opérations de paiement réalisées en France en 2013 a été réalisée par cartes, assure la Fédération Bancaire Française (FBF) et son utilisation progresse aussi plus rapidement. Les chèques ne concernent plus qu’un paiement sur huit, au lieu de 70 % il y a 30 ans. La progression du commerce électronique va aussi dans le sens d’une plus grande utilisation de la carte bancaire, adoptée dans 4 transactions sur 5 sur Internet selon la Fédération française de la vente à distance (Fevad).

Des solutions sécurisées innovantes et mobiles

Aujourd’hui, 292 000 clients de la Banque Populaire du Sud sont porteurs d’une carte bancaire « maison » et ce chiffre est en constante évolution, comme celui des possesseurs de cartes de crédit Facelia, assure le responsable du service monétique Thierry Gitard. Le nombre de clients commerçants utilisant un TPE (Terminal de Paiement Electronique) est en constante progression.
Paiement par téléphone mobile

Toutes les études démontrent que les clients attendent d’un moyen de paiement simplicité et rapidité d’utilisation, sécurité et faible coût. De leur côté, les commerçants cherchent à maîtriser la fraude et les impayés sans supporter un coût trop élevé.

Les nouvelles solutions sont donc sécurisées, mobiles et/ou digitales : paiement « sans contact », e-carte bleue et Cyber Pass pour les paiements sur Internet, portefeuille électronique, paiement par téléphone mobile... .

Ces nouvelles solutions facilitent la vie quotidienne. Pas de monnaie pour acheter le pain ou le journal ? : le paiement « sans contact » facilite les petits achats (jusqu’à 20 €) chez les commerçants signalant la possibilité par signalétique « sans contact ».

70 % des clients de la Banque Populaire du Sud possèdent déjà une carte bleue assurant le paiement « sans contact », et ce nombre augmente à chaque renouvellement de carte...

Le commerçant trouve ses propres avantages : moins d’erreurs de caisse et des transactions créditées le lendemain.

Paiement sans contact

S’il n’est pas encore devenu un réflexe, le paiement sans contact est destiné à se développer... Pour accélérer sa diffusion, la Banque Populaire du Sud propose en ce début 2015 des offres promotionnelles aux commerçants.

De plus en plus, les consommateurs souhaitent payer par carte bancaire en toutes circonstances (même chez eux, sur un stand de marché ou de salon). La Banque Populaire du Sud apporte une réponse aux professionnels itinérants : Dilizi. Elle comprend un boîtier et une application à télécharger. Connectés au boîtier, téléphones et tablettes se transforment en « caisse digitale », dotée d’une gamme de services : catalogue produits, gestion des encaissements, journal des transactions. « Le public accueille la solution avec beaucoup d’enthousiasme », assure Stéphane Almarcha, chargé d’études au service Marché des Professionnels.

Une autre solution mobile, baptisée Izly, est lancée en 2015 vers le public des 2,3 millions d’étudiants français grâce à un partenariat du groupe BPCE (avec sa filiale Smoney) avec le Cnous*. Progressivement mise en place par les Crous* en régions, Izly permettra de payer plus rapidement et plus simplement par carte ou téléphone mobile dans les restaurants universitaires, les distributeurs automatiques, les laveries...

Pratiques, rapides, les nouvelles solutions de paiement optimisent aussi la sécurité des paiements sur Internet.

La Banque Populaire du Sud diffuse ainsi vers ses clients la « E-Carte bleue », dotée d’un numéro de carte à usage unique, ou le boîtier Cyber Pass. Ce dernier fonctionne sans être connecté et est donc parfaitement sécurisé, explique Nathalie Maronier, Responsable du service banque en ligne.

En outre, le Groupe BPCE est le premier groupe bancaire français à s’associer à Visa Europe sur le portefeuille numérique « V.me by Visa ».

Là aussi, plus besoin de saisir un numéro de carte bancaire, date d’expiration et cryptogramme : après avoir enregistré un compte « V.me by Visa », l’utilisateur choisit l’icône « V.me by Visa » lors de ses achats et entre ses identifiants.

Le Groupe BPCE et sa filiale S-money sont aussi pionniers dans le paiement via les réseaux sociaux : un accord avec Twitter permet aux porteurs de cartes de réaliser des transactions sécurisées et plafonnées (250 euros pour un particulier, 500 euros pour les autres organismes). De quoi stimuler les dons aux associations, le financement participatif, la billetterie...

Très sollicitée on l’a vu, la carte bancaire n’est toutefois pas le seul moyen de paiement à profiter des innovations technologiques : la Banque Populaire du Sud proposera en 2015 le « SEPAmail », Service de paiement dématérialisé de facture pour les particuliers et les entreprises, qui s’impose comme une alternative à l’utilisation des chèques et des TIP. Gros avantages : réduction des frais d’affranchissement et accélération des paiements. À suivre...

La plateforme Suite Entreprise est utilisée par plus de 600 entreprises ou groupes d’entreprises parmi lesquelles une centaine utilisent le service Suite entreprise Mobile sur smartphone et prochainement sur les montres…

« La montre connectée permet au dirigeant mobile de décider en temps réel de consulter, valider ou refuser une opération bancaire, avec un très grand niveau de sécurité », explique Patrick Bosch, responsable du service connectique.

Vigilance face à la « monnaie virtuelle »

Peut-on faire confiance au « bitcoin », « monnaie » virtuelle n’existant que sur Internet ? Fin 2013, la Banque de France mettait en garde les consommateurs sur « cette monnaie non régulée qui n’offre aucune garantie ».

Sources : Groupe BPCE, Fédération Bancaire Française, Fédération française de la vente à distance, Banque Populaire du Sud.

* : Cnous : Centre National des Oeuvres Universitaires et Scolaires - Crous : Centre Régional des Oeuvres Universitaires et Scolaires.

Haut de page retour haut de page
Avis d'expert : Bernard Etienne, Directeur du département gestion privée à la BPS

Loi Pinel : une belle opportunité pour investir dans l’immobilier

Après la loi Duflot jugée trop contraignante à l’heure de choisir ses locataires, voici la loi Pinel sur le logement qui ouvre la possibilité de louer à ses ascendants ou descendants ! Dispositif plus souple aux avantages fiscaux indéniables, la loi Pinel redonne de l’attractivité à l’investissement locatif immobilier. Détails !

Depuis de longues années, la dynamique du marché de l’immobilier français est sous-tendue par des avantages fiscaux qui se succèdent au rythme des lois et des ministres concernés.

La dernière en date, la loi éponyme de l’actuelle ministre du logement Sylvia Pinel, a vocation à relancer un marché déprimé (voir encadré).

La location au sein du cercle familial

Les nouvelles dispositions plus favorables de la loi Pinel commencent d’ailleurs à porter ses fruits auprès des investisseurs. « Ce regain d’intérêt de la demande, confirmé par notre partenaire le Comptoir Immobilier, est essentiellement dû à l’assouplissement des conditions du choix du locataire. Depuis le 1er janvier 2015, la loi Pinel autorise ainsi le propriétaire à louer son bien à ses ascendants ou à ses descendants, chose que n’autorisait pas la précédente loi Duflot.

Ainsi, il est possible de louer son bien à l’un de ses enfants sorti du foyer fiscal qui est par exemple parti faire ses études à Montpellier ou à Toulouse. Après quelques années, à la fin des études, une donation, une vente ou bien une remise en location du bien sur le marché peuvent être envisagées » confirme Bernard Etienne, Directeur du département gestion privée à la BPS.

Possibilité de moduler la durée d’engagement

Par ailleurs, un autre assouplissement majeur des conditions d’application voté sous l’égide de la loi Pinel et appliqué dès le 1er septembre 2014 porte sur la durée de l’engagement de location du bien acheté. Là où la loi Duflot imposait une durée minimale de neuf ans de location à usage d’habitation principale, le dispositif Pinel donne la possibilité aux investisseurs d’opter pour un engagement de location minimale de six ou neuf ans. A l’issue de leur engagement initial irrévocable de six
ou neuf ans, les investisseurs ont la possibilité de proroger cet engagement afin de continuer à bénéficier de la réduction d'impôt.

« La prorogation peut être de deux fois trois ans dans le cas où l’engagement initial était de six ans et de seulement trois années non renouvelables dans le cas où il était de neuf ans. Dans tous les cas, la durée maximale de l’engagement fiscal ne peut excéder douze ans » poursuit Bernard Etienne.

La réduction d’impôt varie selon la durée de l’engagement :

Crédit d'impôt pour un engagement initial de 6 ans :

Durée En
Metropole*
En
Outre-mer*
6 ans 12% 23%
1ere prorogation
de 3 ans
6% 6%
2eme prorogation
de 3 ans
3% 3%
Total sur 12 ans
(période max.)
21% 32%

crédit d'impôt pour un engagement initial de 9 ans :

Durée En
Metropole*
En
Outre-mer*
9 ans 18% 29%
Prorogation
de 3 ans
3% 3%
Total sur 12 ans
(période max.)
21% 32%

Les investisseurs qui prennent un engagement de location de douze ans bénéficient ainsi d’un taux de réduction d’impôt de 21 % (32 % en outre-mer).

Le montant total des dépenses retenu pour l’application de l’avantage fiscal ne peut excéder 300 000 euros par contribuable pour une même année d’imposition. Il est à noter pour les investissements Pinel en métropole que la réduction d’impôt annuelle obtenue est maintenue sous le plafonnement global de 10 000 euros.

La qualité du bien immobilier prime sur la défiscalisation

Les avantages fiscaux de la loi Pinel ne doivent cependant pas faire oublier une vérité première : « C’est avant tout un bien immobilier qui est acheté. La défiscalisation n’est qu’un avantage annexe. Avec l’immobilier, il faut être très attentif à son investissement.

Première règle de base la localisation : où j’achète ? Il faut toujours privilégier un marché locatif solvable dans des villes dynamiques ou universitaires.

* Calculé sur le prix d'achat

Et ne pas s’arrêter là dans sa quête d’informations ! Dans quel quartier, dans quel immeuble, petite ou grande copropriété, avec quel emplacement et avec quelle vue, sur le cimetière ou sur la mer !

Rien ne doit être laissé au hasard » confie Bernard Etienne. Ne pas oublier que ce bien deviendra peut-être un jour la résidence principale où couler ses vieux jours, l’heure de la retraite sonnée.

Autres options possibles, la loi Pinel permet également d’investir dans des logements acquis en l’état futur d’achèvement (délai de trente mois pour clore le chantier) mais aussi la pierre papier via une SCPI (Société Civile de Placement Immobilier).

Quoiqu’il en soit, l’heure est venue à nouveau de se pencher sur ce marché immobilier du locatif alors même que les taux d’emprunt sont historiquement bas. Une raison de plus de s’intéresser à cette nouvelle loi Pinel !

Quand le logement va, tout va. Et malheureusement en 2014, le logement a coincé en France avec moins de 300 000 logements construits sur l’année, loin de l’objectif des 500 000.

La France construit moins de logements qu’il n’en faudrait. Elle est en déficit dans ce domaine. Car le portrait sociologique de la France évolue. La démographie soutenue et la multiplication des familles monoparentales ou recomposées soutiennent une demande élevée de logements. De plus, la culture française très encline à la propriété perpétue cette demande forte d’acquisition.

Une demande forte, une offre réduite : conséquence directe sur les prix au m² qui demeurent parmi les plus élevées d’Europe !

Haut de page retour haut de page
Blog populi, le blog des sociétaires de la Banque Populaire du Sud

Blog populi, le blog des Sociétaires

La Banque Populaire du Sud ouvrira dans les prochaines semaines un blog pour échanger avec ses sociétaires ! A lui seul, le nom de ce blog résume l’état d’esprit de l’initiative : BLOG POPULI. La voix en liberté !

Espace d’information et d’expression, BLOG POPULI traite de sujets variés : bancaires, sociétaux ou locaux et qui vous concernent. BLOG POPULI est votre espace. A vous maintenant de le rendre vivant !

Soyez curieux, soyez critique, réagissez aux sujets publiés toujours bien sûr dans le respect de chacun. Nous comptons sur votre contribution !

Blog populi, de quoi va-t-on parler ?

Le blog va donner la plume aux experts de la banque pour aller en profondeur dans l’analyse. Il sera vecteur d’informations pointues, de points de vue éclairés et de recommandations pertinentes pour vous aider et vous donner des idées en matière de

placement, d’investissement ou de transmission...
BLOG POPULI s’intéressera aussi à la dimension locale d’une banque coopérative qui vit avec son temps et qui se développe avec son territoire. Le blog s’inscrit dans ce désir de proximité, où tout ce qui concerne notre vie quotidienne nous touche et mérite donc d’être abordé.

Vitrine des actions de la Banque en matière de mécénat, d’économie sociale et solidaire, BLOG POPULI présentera les actions d’hommes, de femmes et d’associations locales soutenues par la Banque et sa Fondation d’entreprise.

Nous espérons que vous prendrez plaisir à découvrir ces portraits !

Blog populi : comment fonctionne-t-il ?

Facile, il suffit de se connecter au www.blogpopuli-bpsud.fr pour accéder à tous les articles et de s’identifier - nom / date de naissance - pour poster un commentaire (fonctionnalité réservée aux sociétaires de la Banque populaire du Sud).

Abonnez-vous !

Si vous souhaitez être informé(e) régulièrement lors de nouvelles publications d’articles, inscrivez-vous, c’est tout simple : rendez-vous sur le site www.blogpopuli-bpsud.fr

Haut de page retour haut de page
Agenda

Assemblée Générale de la Banque Populaire du Sud :

-> 12 mai : Assemblée générale des sociétaires de la Banque Populaire du Sud à Carcassonne - Aude

Les rencontres sociétaires :

-> 10 mars : Rencontre Sociétaires des Agences de Béziers - Hérault
-> 19 mars : Rencontre Sociétaires de l’Agence Argelès Village - Pyrénées Orientales
-> 09 avril : Rencontre Sociétaires de l’Agence Nîmes Costières - Gard
-> 06 mai : Rencontre Sociétaires des Agences de Montpellier Nord - Hérault

Les rencontres sociétaires (suite) :

-> 21 mai : Rencontre Sociétaires des Agences de Perpignan Archipel & Clemenceau - Pyrénées Orientales
-> 11 juin : Rencontre Sociétaires de l’Agence Limoux - Aude
-> 25 juin : Rencontre Sociétaires de l’Agence de Saint Chély d’Apcher - Lozère

Haut de page retour haut de page