Passer au contenu principal

Flash marchés du 13 au 17 mars 2017


 

​le 22/03/2017

 

Environnement économique 

 

Zone euro : le résultat des élections au Pays-Bas n’a pas provoqué les bouleversements que certains redoutaient. Le parti populiste obtient 13,1 % des voix et 20 sièges sur les 150 de l’Assemblée. Le Parti populaire libéral et démocrate du Premier ministre Mark Rutte obtient 21,2 % des voix et conserve 33 sièges sur les 41 qu’il détenait précédemment. Le parti écologiste a profité de l’effondrement des sociaux-démocrates et de la stagnation de la gauche radicale. Si le spectre d’une sortie de l’euro s’éloigne, la fragmentation du paysage politique va rendre délicate la composition d’un gouvernement.

 

 

États-Unis : la Banque centrale garde sa ligne de conduite. La hausse de 25 points de base du taux des Federal funds (0,75 % - 1 %), la deuxième en trois mois, était largement attendue par les investisseurs. La Banque n’a quasiment pas modifié ses perspectives économiques pour 2017 et 2018 et maintient sa prévision de trois hausses de taux en 2017, suivie de trois hausses en 2018. Il n’y aura donc pas d’accélération du rythme des hausses de taux, ce qui a rassuré les investisseurs inquiets sur les éventuelles conséquences de la série de bonnes statistiques économiques depuis le début de l’année. Cette décision a entraîné une baisse du dollar et une remontée des cours de l’or. 

 

 

Marchés financiers

 

Taux : légère détente des taux souverains à 10 ans. L’écart de rendement entre l’emprunt français et son homologue allemand s’est légèrement tendu. La prime de taux des emprunts obligataires néerlandais n’a pas beaucoup bougé, les investisseurs n’anticipant pas une nette victoire du parti populiste. Aux États-Unis, la hausse de taux accommodante, expression utilisée par les analystes pour qualifier l’attitude de la Banque centrale, a rassuré et entraîné une légère détente du taux à 10 ans qui est descendu en-dessous de 2,50 %.
 
Actions : en maintenant un rythme modéré de hausse de taux, la Banque centrale américaine a dégagé l’horizon pour les actifs risqués. Sur la semaine, l’indice CAC 40 et l’Euro Stoxx 50 présentent un bilan légèrement positif, sous l’impulsion des valeurs bancaires et des valeurs pétrolières. Ces dernières ont profité d’un rebond des cours du pétrole qui avait chuté avec l’annonce d’une augmentation de la production du pétrole de schiste aux États-Unis et l’avertissement, par l’Arabie saoudite, d’un relèvement de sa production à plus de 10 millions de barils/jour. L’indice CAC 40 a vu sa performance freinée par la baisse de près de 9 % du cours de l’action Renault, suite au déboire de ses moteurs diesels.
 
Rédigé le 20/03/2017

 

 
 
 
 
 

 

 
 
 
 
 

 

 
 
 
 
 

 

 
 
 
 
 

 

 
 
 
 
 

acces directs
Contacter un conseiller